VENTE AU DÉTAIL : ACCROÎTRE LES POSSIBILITÉS LIÉES AUX ANIMAUX DE COMPAGNIE

Le 28 janvier 2021

Lire en 5 minutes

Share on facebook
Share on twitter
Share on linkedin
Share on email

De plus en plus de personnes possèdent des animaux de compagnie, et de plus en plus, on traite ceux-ci comme des membres de la famille. Cette tendance croissante représente une occasion idéale pour les détaillants en alimentation de répondre aux besoins d’un segment de consommateurs en expansion. En effet, ces consommateurs aimeraient pouvoir se procurer tout ce dont ils ont besoin pour leurs animaux de compagnie – ainsi que quelques à-côtés intéressants – au même endroit où ils font leur épicerie.

Environ 65 % des ménages canadiens possèdent au moins un animal de compagnie, ce qui, à l’échelle nationale, alimente un marché totalisant près de 7 milliards de dollars et comprenant la nourriture, les fournitures et les services. De plus, en raison de la pandémie, l’intérêt pour les animaux domestiques n’a fait qu’aller grandissant, car l’isolement et l’angoisse du confinement ont incité de nombreuses personnes à se tourner vers les animaux pour leur tenir compagnie. Au début du mois de mars 2020, les refuges ont fait état d’un taux d’adoption moyen de 58 %; ce chiffre était passé à 85 % à la fin du mois.

À cela, il faut ajouter l’augmentation constante du nombre de membres de la génération Y qui ont des animaux de compagnie. Ceux-ci possèdent aujourd’hui plus d’animaux de compagnie que toute autre génération, beaucoup d’entre eux préférant avoir des animaux que des enfants. Des études récentes démontrent qu’aux États-Unis, les personnes âgées représentent le plus grand groupe de propriétaires d’animaux de compagnie (31 % des ménages), suivies des baby-boomers (29 %) et des membres de la génération X (26 %)[1]

De nos jours, nous dépensons plus pour nos animaux de compagnie que pour les loisirs, les jouets et les jeux. Les animaux domestiques sont des membres de la famille. Ils sont soignés et nourris selon des régimes spéciaux. Nous célébrons leurs anniversaires. Ils ont leurs propres comptes de médias sociaux.

Cela représente une part de marché que les entreprises du secteur de l’alimentation sont bien placées pour exploiter. Elles ont les installations. Elles ont la clientèle. Il est temps pour elles de viser une expansion dans ce marché et de proposer cette option aux consommateurs – un magasin dans un magasin qui répond aux besoins des animaux de compagnie.

[1] Statista

Une nouvelle occasion d’attirer les consommateurs

Les détaillants sont toujours à l’affût des nouvelles tendances qui attireront l’attention des consommateurs, et avec elles, une plus grande part de l’argent qu’ils dépensent. Songez au fait que, quand ils font leur épicerie, de nombreux clients ont déjà des articles pour animaux sur leur liste d’achats. Plutôt que de leur présenter les étagères habituelles de nourriture pour chiens et chats, pourquoi ne pas leur proposer d’autres options attrayantes? Vous pourriez créer un centre pour animaux de compagnie accueillant et agréable sur le plan esthétique afin d’inciter les clients à s’arrêter (et dépenser) – un endroit où ils auraient envie d’aller, même quand ils n’ont pas besoin de faire leur épicerie.

Offrez-leur non seulement des produits de qualité moyenne et bon marché, mais également de la nourriture contenant un nombre limité d’ingrédients et des aliments crus, ainsi que des gâteries naturelles et d’origine locale. Proposez un bar à friandises – pensez au « puppucino » de Starbucks – qui donne envie aux consommateurs de visiter votre magasin simplement pour le plaisir. (« Qu’est-ce que ce sera pour Rex, la friandise habituelle? »)

Rendez l’expérience encore plus attrayante pour les acheteurs – et confortable pour les chiens – grâce à un service de gardiennage pratique. Les chiens peuvent être déposés dans un enclos intérieur séparé (relié au magasin, mais bien éloigné de la nourriture), ce qui réduit leur risque d’exposition au chaud et au froid.

Et bien sûr, il faut s’assurer que tous les produits sont disponibles pour l’achat en ligne, la livraison et le ramassage sur le trottoir.

Dans le stationnement, pensez à installer une station de toilettage mobile bien en vue qui permet aux consommateurs d’effectuer deux tâches sur leur liste de choses à faire : déposer Princesse pour un shampoing et une coupe, puis faire en vitesse leur épicerie avant de retourner la chercher et de rentrer à la maison.

De plus, à chaque séance de magasinage, il serait possible d’accumuler des points de fidélité qu’on peut échanger contre des récompenses pour notre animal : une journée au spa, une séance d’entraînement gratuite, un nouveau manteau, un collier personnalisé.

Une source d’expertise rentable

La facture d’une visite chez le vétérinaire se calcule le plus souvent en centaines de dollars. C’est pourquoi les propriétaires d’animaux sont souvent obligés de recourir aux renseignements (souvent douteux) trouvés sur Internet pour prendre soin de la santé de leurs compagnons à quatre pattes. Dans ce cas, comme solution intermédiaire, ne serait-ce pas une bonne idée de leur permettre de consulter un vétérinaire en magasin qui pourrait leur fournir des conseils? « Est-ce que je peux lui donner du Benadryl pour traiter ses allergies? » « Elle boite; dois-je encore la promener? » « Il ne mange pas; dois-je consulter un vétérinaire? »

De même, les consommateurs qui cherchent à se procurer leur premier animal de compagnie ont généralement recours à l’entourage pour obtenir des conseils. Imaginez plutôt que vous ayez accès à un expert en magasin qui peut vous donner des conseils sur ce que c’est de posséder un animal de compagnie et de le soigner. Quelqu’un qui peut fournir des listes de refuges et d’éleveurs vérifiés et approuvés, en utilisant les mêmes contrôles de qualité et les mêmes procédures d’utilisation normalisées qui régissent le reste de la chaîne d’approvisionnement du magasin. Cela pourrait contribuer à une meilleure surveillance des conditions d’élevage et des soins prodigués aux animaux. De plus, cela faciliterait l’accès à de bons vétérinaires et entraîneurs. Enfin, ces experts pourraient fournir des conseils fiables sur des produits allant de l’alimentation à l’assurance des animaux de compagnie.

Les dépenses des Canadiens en matière d’animaux de compagnie et d’aliments pour animaux sont passées de 3,28 milliards de dollars en 2013 à plus de 5 milliards de dollars en 2018. Compte tenu de la pandémie actuelle et de l’engouement pour les animaux domestiques qu’elle entraîne, ces dépenses ne feront qu’augmenter. Les épiceries faisant partie intégrante de la vie quotidienne et de la routine des consommateurs, elles représentent une option logique à considérer pour répondre aux besoins de ce marché en pleine croissance.